Les Moulins de Paris

Publié le par auframi-53

Le Moulin de la galette

 

 

IMG_3087.JPG

 

Une légende de Montmartre

 

Des quatorze moulins situés sur la Butte de Montmartre qui servaient à moudre le blé et les fleurs, presser les vendanges, ou concasser les matériaux, seuls deux subsistent encore aujourd’hui : le Blute-fin et le Radet, datant de 1717, juste au-dessus du restaurant. Ces deux moulins formaient le célèbre ensemble du "Moulin de la Galette".

 

La galette était ce petit pain de seigle que les meuniers Debray, propriétaires du lieu, vendaient accompagné d’un verre de lait. Après la défense de la Butte contre les Prussiens en 1814 la famille Debray se retrouve anéantie. Ils transformèrent le lait en vin de muscat et le Moulin de la Galette en bal populaire dans les années 1860. L'ambiance y est décontractée et la clientèle plus populaire que dans les autres établissements.

 

Renoir y a peint le célèbre tableau du "Bal du Moulin de la Galette" (actuellement au musée d’Orsay), Van Gogh "Les jardins de la Butte-Montmartre" mais aussi Utrillo, Dufy, Bernard, Toulouse-Lautrec et Picasso ont immortalisé ce célèbre Moulin, dans lequel le Tout Paris venait s’encanailler et admirer les revues de La Goulue, Nini Patte en l’air et Nid d’Egoût …

 

Après avoir servi de music-hall, on y vit un studio de télévision avec l’ORTF, puis enfin un restaurant fréquenté dans les années 80 par une célèbre artiste de variétés d’origine égyptienne, Dalida.

 

 

IMG_3091.JPG

 

 

Les dix premières années du Moulin rouge s'enchaînent dans un tourbillon de soirées plus extravagantes les unes que les autres : inspirées du cirque, on retrouve les attractions - dont celles du Pétomane, restées célèbres. Il est surnommé « le premier palais des femmes » par ses propriétaires Joseph Oller et Charles Zidler.

 

Autour du cancan, on monte les premières revues - celle des Circassiens et Circassiennes en 1890. On y organise des concerts bals tous les jours à 22 heures. On y fait scandale avec le bal des Quat'z'Arts et son défilé de Cléopâtre nue portée par quatre mâles, entourés de jeunes filles tout aussi dénudées et alanguies sur des lits de fleurs...

 

Un début en fanfare qui, à l'orée du siècle suivant, va perdre de sa splendeur. Le 29 décembre 1902, l'heure du dernier bal a sonné dans l'indifférence générale. Le quadrille n'est plus à la mode, le Bal du Moulin rouge se transforme en théâtre-concert sous la houlette de son nouveau directeur Paul-Louis Flers. Un revuiste bien connu sur la place de Paris et qui souhaite faire un lieu beaucoup plus prestigieux. Il restera 9 mois à la tête du célèbre établissement. De nombreux directeurs lui succèderont, ce qui n'empêchera pas le Moulin rouge de trouver sa vitesse de croisière.

 

Sous des pseudonymes particulièrement imagés et plutôt canailles, les plus illustres danseuses de l'époque rivalisent, chacune avec son tempérament, sur la scène du Moulin rouge. La figure de proue incontestée du French cancan reste la célèbre Goulue et sa gouaille inimitable. Mais elle n'est pas la seule à s'illustrer dans l'art du cancan : on retrouve régulièrement sur scène Jane Avril surnommée Jeanne la Folle, la Môme Fromage appelée ainsi en raison de son jeune âge, « Grille d'égoût » connue pour son goût du chahut. Dès 1885, elle ouvrira à Montmartre une école de Cancan. En 1895, Nini patte en l'air ouvrira un cours de cancan, rue Fontaine. On applaudira au Moulin rouge, a ses débuts, avant le Divan-Japônais Yvette Guilbert, la grande diseuse nationale et imitatrice de Sarah Bernhardt... Seule figure masculine marquante dans cet aréopage de femmes : Valentin Le Désossé autrement appelé l'Homme du Quadrille et qui n'aura jamais son pareil pour faire danser les filles.

 

Toulouse-Lautrec, fidèle parmi les fidèles, est le grand témoin de cette période faste. Parmi l'ensemble de ses œuvres, dix-sept d'entre elles, dont certaines célèbres dans le monde entier, sont directement inspirées du Moulin rouge. Il en est un des personnages emblématiques. Toulouse-Lautrec ne serait sans doute pas ce qu'il est sans le Moulin rouge et la Goulue. De même, le music-hall serait-il aujourd'hui ce qu'il est sans le talent du peintre ?

 

Un autre incident se produisit en 1927 lors d'un show où les filles en tenues moulantes sortaient de gâteaux géants. Elles devaient ensuite danser et chanter. L'ennui, c'est que pour aller du sommets des gâteaux d'où elles sortaient à la scène, il leur fallait marcher sur un étage du gâteau, recouvert de crème pâtissière très glissante. Et une fois leurs chaussures (à talons aiguilles) enduites de crème glissante, les filles n'arrivaient plus à tenir debout et trébuchaient sans cesse (la scène devant aussi être glissante). Et comme on avait dù leurs donner l'ordre de ne retirer pour aucun prix leurs escarpins, les filles ont passés tout le spectacle à glisser et à reglisser, et à se retrouver les fesses par terre. Le show fut une véritable catastrophe !

 

L'établissement est racheté en 1904 par Paul Flers. Celui-ci confie à l'architecte Édouard Niermans[1] le soin de le transformer en music-hall. On construit une grande scène digne d'un opéra, ouvrant sur une salle de 2200 places, équipée d'un balcon, de baignoires, et de loges d'avant-scènes. Une salle de restaurant à l'étage permet de dîner tout en regardant le spectacle.

 

Après 10 ans de fermeture, il rouvre en 1925 avec un spectacle grandiose. La célèbre Mistinguett y offre une succession de grands succès grâce entre autres à son affichiste et costumier Charles Gesmar. Au faîte de sa gloire, elle redonnera à ce prestigieux cabaret l’éclat de son rang.

 

Depuis 1951, le Moulin rouge appartient à Jacki Clérico. Il remet sur scène les grandes revues de music-hall, plumes, strass et paillettes, sans oublier le French-Cancan. Les succès s'enchaînent et le Moulin rouge redevient très rapidement le plus célèbre cabaret du monde.

 

A bientôt....

 

 

 


Publié dans Voyages

Commenter cet article

Jean-Marc 20/03/2011 21:24



Jolis moulins ...



VINCENT 20/03/2011 17:21



Paris est une belle ville et j'adore retrouver des quartiers ou j'ai vécu très longtemps.



Nanounita 19/03/2011 19:04



Merci pour ce bel article très intéressant


 Bon WE



Agnès 19/03/2011 18:26



Merci pour cet article fort intéressant. Bon we



perrine 19/03/2011 17:54



j'aime le 1er moulin, dommage qu'il soit entouré de maisons qui le cache de sa beauté. Le moulin Rouge est très connu


Bonne soirée et à bientôt